Revue de l'année

le 1 avril 2020 au 31 mars 2021

Estimés membres du Conseil,

C’est avec plaisir que je vous présente le Rapport annuel 2020-2021, mon quatrième en tant que Secrétaire général. Le rapport sert à présenter une vue d’ensemble du travail, des activités et des réalisations du Conseil national mixte (CNM) au cours de l’année écoulée, soit du 1er avril 2020 au 31 mars 2021.

Le rapport comprend aussi le Calendrier annuel de planification pour l’exercice 2021-2022 élaboré par le Comité exécutif et ratifié par le Conseil (voir l’annexe). Encore une fois cette année, le calendrier, qui a été déterminé par les réalités de la pandémie en cours, résume les priorités du Conseil pour l’année à venir et les travaux que les divers comités de travail et conseils du CNM devront exécuter. Comme c’est le cas depuis sa création en 1944, le CNM demeure une organisation unique, qui accorde la priorité aux intérêts de ses intervenants. Selon sa gouvernance, toutes les questions qui relèvent de lui sont étudiées et tranchées conjointement par les parties. Même si les défis survenus au cours de la dernière année ont sans cesse mis à l’épreuve sa résilience, il faut reconnaître que l’institution s’est montrée à la hauteur de la situation et a continué de s’acquitter efficacement de son mandat. En tant que complément à la négociation collective traditionnelle et dans un cadre de collaboration, des ententes concernant plusieurs conditions d’emploi et avantages sociaux liés à la santé sont conclues au CNM, lesquelles s’appliquent à plus de 240 000 employés de la fonction publique fédérale du Canada. En ce qui a trait aux activités quotidiennes du CNM, les membres du Conseil, des deux parties, délèguent des représentants à tous les comités et Conseils de gestion. Ces représentants sont engagés à l’égard du modèle collaboratif de règlement des griefs ou des appels du CNM et à mener des consultations sur un éventail d’autres questions qui s’appliquent à l’échelle de la fonction publique.

La 76e année de fonctionnement du CNM sera sans contredit considérée comme l’une de ses périodes les plus étranges, où les procédures et processus habituels ont fait place à la mise en œuvre de mesures de santé publique pour assurer le bien-être de la fonction publique et de son effectif. Le CNM a repensé et réorienté son approche de prestation de services afin de s’assurer que les indemnités principales continuaient d’être rajustées et mises à jour, et de permettre un accès continu à la procédure de présentation de griefs et d’appels. De plus, le CNM a continué d’offrir un espace sécuritaire où tenir des discussions continues sur l’évolution de la crise sanitaire entre les membres, les employeurs et les syndicats afin de régler rapidement et efficacement les problèmes touchant les employés de la fonction publique partout au Canada.

Le personnel du Secrétariat du CNM n’était pas à l’abri des difficultés causées par la pandémie mondiale. Malgré celles-ci, la persévérance et le dévouement du personnel à l’égard du processus ont permis de poursuivre le travail important et il mérite d’être félicité pour les efforts qu’il a déployés.

Je tiens à remercier personnellement tous les membres de leur travail acharné et de leur engagement, ainsi que de leur contribution durable au CNM. La section de ce rapport qui porte sur les réalisations du CNM présente un résumé de certaines des réalisations importantes des différents éléments du CNM au cours de la dernière année.

Consultations

Comme il est bien reconnu, la réussite d’une consultation dépend de divers facteurs, y compris le sujet de la consultation en question; c’est toutefois la communication continue, ouverte et riche qui demeure l’élément clé. Les consultations significatives exigent des discussions transparentes et devraient impliquer un engagement rapide chaque fois que cela est possible. Même si la capacité du CNM de tenir des consultations a été quelque peu réduite, étant donné que bon nombre des centres décisionnels se concentraient sur des questions liées à la pandémie, les parties ont continué de faire bon usage des auspices du CNM pour tenir des consultations sur un certain nombre de sujets, le plus important d’entre eux étant la pandémie et ses répercussions sur les personnes et sur les activités gouvernementales. Outre le dialogue important sur la pandémie, voici les autres sujets de consultation qui ont été abordés pendant la période visée par le rapport : la vérification de la représentation des groupes visés par l’équité en matière d’emploi dans le recrutement de la Commission de la fonction publique et les principales tendances en matière de dotation; l’équité salariale proactive dans la fonction publique; la mise à jour des recommandations du Groupe de travail conjoint syndical-patronal sur la diversité et l’inclusion; Laboratoires Canada et les expériences du processus de dotation.

Formation et sensibilisation

Le personnel du Secrétariat du CNM a repensé le programme d’apprentissage afin de faciliter sa prestation « virtuelle ». L’équipe a formé avec succès de nouveaux membres de comité ainsi que des praticiens des relations de travail de la partie syndicale et de la partie patronale. Plus de 200 personnes ont pu profiter de cette formation.

Autres réalisations

La révision périodique de la Directive sur la santé et la sécurité au travail, la Directive sur les uniformes et l’Indemnité versée aux employés qui dispensent les premiers soins au grand public sont terminées. De même, les directives révisées sur la réinstallation et l'aide au transport quotidien ont été approuvées et promulguées.

J’entame ma quatrième année en tant que secrétaire général à un moment où nous continuons de naviguer dans les changements imposés par la pandémie de COVID-19. Peu importe la suite, je suis convaincu que nous nous montrerons tous à la hauteur de la situation.

Je vous remercie tous encore une fois de votre collaboration et de votre soutien continus.

 

Sean Ross
Secrétaire général

Mandat du Conseil national mixte

Créé en 1944, le Conseil national mixte comprend maintenant dix-neuf (19) agents négociateurs de la fonction publique, le Conseil du Trésor et quatre (4) « employeurs distincts » comme membres. Les activités du Conseil ont une incidence directe sur la vie professionnelle de plus de 240 000 fonctionnaires représentés qui travaillent au sein de 88 ministères et organismes dans toutes les régions du Canada. Le CNM contribue au maintien de relations de travail efficaces et à la gestion des ressources humaines à plus d’un titre:

Le Conseil national mixte est la tribune de choix pour l’élaboration conjoint, la consultation et l’échange d’information entre le gouvernement, à titre d’employeur, et les agents négociateurs de la fonction publique.

Par l’entremise du Conseil national mixte, les parties travaillent ensemble de manière à résoudre les problèmes et à définir les conditions d’emploi s’appliquant à l’ensemble de la fonction publique. Les sujets abordés par le CNM comprennent les voyages en service commandé, l’aide à la réinstallation, l’aide au transport quotidien, les postes isolés et les logements de l’État, le service extérieur, le réaménagement des effectifs, la santé et la sécurité, la prime au bilinguisme et le régime de soins de santé de la fonction publique.

Gouvernance du Conseil national mixte

Suivant les Statuts et le Règlement du CNM, les activités du Conseil sont régies officiellement dans le cadre de réunions trimestrielles de tous les employeurs et agents négociateurs participants. Les décisions du Conseil sont prises par consensus des parties patronales et syndicales. En ce qui concerne les directives du CNM, les membres participants donnent une force légale sans réserve aux décisions du Conseil en intégrant les nouvelles directives à leurs conventions collectives respectives.

Le Comité exécutif est composé de trois représentants de la partie patronale et de trois représentants de la partie syndicale, qui sont épaulés par un secrétaire pour chaque partie. Le Comité exécutif est habilité à agir pour le compte du Conseil dans l’administration des activités du CNM entre les réunions trimestrielles. Les décisions du Comité exécutif sont assujetties à la ratification officielle par le Conseil lors des réunions ordinaires de celui-ci. Le Conseil peut aussi déléguer son pouvoir décisionnel au Comité exécutif pour permettre que des mesures soient prises dans des délais raisonnables et de manière efficace

Le Secrétaire général relève de la direction générale du Comité exécutif et il n’est membre ni du Conseil ni d’un Comité du CNM. Chacun leur tour, les parties patronale et syndicale nomment le Secrétaire général, qui dirige ensuite le secrétariat du CNM pendant cinq ans. Le secrétariat du CNM, qui agit sous la supervision du Secrétaire général, offre des services de soutien administratif et professionnel au Conseil ainsi qu’aux instances qui le composent.

Le travail quotidien du CNM est accompli par les nombreux représentants des parties qui agissent à titre de membres désignés des Comités de travail, des groupes de travail et des conseils de gestion du CNM. Ces diverses instances font rapport au Conseil par l’intermédiaire du Comité exécutif et mènent une vaste gamme d’activités qui sont déterminées à l’occasion par le Comité exécutif.

Structure organisationnelle

Structure organisationnelle du CNM

Membres

Agents négociateurs

Alliance de la Fonction publique du Canada
Association canadienne des agents financiers
Association canadienne des employés professionnels
Association canadienne du contrôle du trafic aérien, ACCTA Unifor, section locale 5454
Association des chefs d’équipes des chantiers maritimes du gouvernement fédéral
Association des employés du Conseil de recherches
Association des juristes de Justice
Association des pilotes fédéraux du Canada
Association des professeurs des collèges militaires canadiens
Association professionnelle des agents du service extérieur
Conseil des métiers et du travail des chantiers maritimes du gouvernement fédéral (est)
Conseil des métiers et du travail des chantiers maritimes du gouvernement fédéral (ouest)
Fédération de la police nationale
Fraternité internationale des ouvriers en électricité, section locale 2228
Guilde de la marine marchande du Canada
Institut professionnel de la fonction publique du Canada
Syndicat canadien de la fonction publique, section locale 104 (SCFP 104)
Syndicat des agents correctionnels du Canada
Unifor, section locale 2182

Employeurs

Agence canadienne d'inspection des aliments
Bureau du vérificateur général du Canada
Centre de la sécurité des télécommunications Canada
Conseil national de recherches Canada
Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada

Membres du Comité exécutif

 

Partie patronale

Présidente

Sandra Hassan (jusqu'en mars 2021)
Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada

Vice-président

Dan Danagher
Affaires mondiales Canada

Représentante

Zaina Sovani (jusqu'en mars 2021)
Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada

Secrétaire

Aline Taillefer-McLaren
Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada

 

Partie syndicale

Co-président

Dany Richard (août 2020 au présent)
Association canadienne des agents financiers

Jean-Marc Noël (jusqu'en août 2020)
Association des professeurs des collèges militaires canadiens

Vice-président Chris Aylward
Alliance de la Fonction publique du Canada
Représentante Debi Daviau
Institut professionnel de la fonction publique du Canada
Secrétaire Andrea Dean
Alliance de la Fonction publique du Canada

 

Secrétariat du CNM

Secrétaire général Sean Ross
Secrétariat du Conseil national mixte
Secrétaire Elizabeth Shum
Secrétariat du Conseil national mixte

 

Président(e)s

 

Comités

Comité de la santé et de
la sécurité au travail

Denis St-Jean
Alliance de la Fonction publique du Canada

Comité des Directives sur
le service extérieur

Denis Trottier
Transport Canada

Comité des langues officielles

Julie Desroches
Agriculture et Agroalimentaire Canada

Comité des postes isolés
et des logements de l'État

Tracey Sametz
Transport Canada

Comité des relations
syndicales-patronales

Cathie Fraser
Association des employés du Conseil de recherches

Comité des voyages
en service commandé

Jennifer Cruickshank (juillet 2020 au présent)
Pêches et Océans Canada

Janelle Wright (jusqu'en juillet 2020)
Finance Canada

Comité du réaménagement
des effectifs

Nancy Taillon
Bibliothèque et Archives Canada

Comité mixte sur l'équité
en matière d'emploi

Eddy Bourque (Co-président)
Syndicat de l’Emploi et de l’Immigration du Canada

Debbie Johnston Winker (Co-présidente depuis février 2021)
Agriculture et Agroalimentaire Canada

Erika Henley (Co-présidente jusqu'en novembre 2020)
Transport Canada

Comité pangouvernemental en matière
de santé
et de sécurité au travail

Reneé de Bellefeuille (Co-présidente)
Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada

Fabian Murphy (co-président)
Alliance de la Fonction publique du Canada

Comité sur la réinstallation

Eric Saint-Onge
Environnement et Changement climatique Canada

 

Conseils

Conseil de gestion du Régime
d'assurance-invalidité

Barry Fennessy

Conseil de gestion du Régime
de soins dentaires (Partie du CNM)

Dr. Peter Cooney

Comités de travail

Avec le début de la pandémie de COVID-19, la dernière année a apporté son lot de défis. Par conséquent, les divers comités de travail et conseils qui font partie du CNM ont été contraints d’adopter des procédures et processus modifiés. Pendant cette période, le Conseil national mixte a eu la chance de bénéficier continuellement du travail acharné et du dévouement de ses membres. Chacun des comités de travail et conseils est formé de représentants des agents négociateurs et de l’employeur, qui apportent un éventail de connaissances et d’expertises. Dans les pages suivantes, vous trouverez un résumé de certaines activités et réalisations accomplies par chaque comité ou conseil pendant l’exercice 2020-2021.

Réunions

Comité

Nombre de réunions

Comité de la santé et de la sécurité au travail

22

Comité des Directives sur le service extérieur

 5

Comité des langues officielles

 5

Comité des partenaires du RSSFP

 4

Comité technique du RSSFP

 2

Comité des postes isolés et des logements de l'État

 4

Comité des relations syndicales-patronales

 9

Comité des voyages en service commandé

 6

Comité du réaménagement des effectifs

 2

Comité exécutif

 6

Comité mixte sur l'équité en matière d'emploi

 9

Comité pangouvernemental en matière
de la santé et de la sécurité au travail

24

Comité sur la réinstallation

 5

Conseil de gestion du Régime d'assurance-invalidité

 5

Conseil de gestion du Régime de soins dentaires
(Partie du CNM)

 5

Conseil national mixte

 4

 

Nonobstant cette période difficile, le Secrétariat du CNM a connu une autre année chargée, où il a fourni un soutien professionnel, administratif et logistique afin d’organiser les réunions du Conseil, du Comité exécutif et des divers comités de travail et conseils de gestion. Au total, le Secrétariat a organisé 117 réunions au cours de l’exercice 2020-2021. Ces réunions ont été tenues de façon virtuelle, par vidéo ou par téléphone en raison des restrictions imposées par la pandémie. Le CNM a également joué un rôle important en animant de multiples réunions entre les parties sur des questions émergentes liées à la pandémie mondiale.

Griefs du CNM

24 dossiers de grief avaient été reportés de l’exercice précédent. Au total, 18 nouveaux griefs ont été reçus au cours de la période visée par le rapport et 21 griefs ont été traités. Les 21 griefs restants ont été reportés à l’exercice 2021-2022. La procédure de règlement des griefs du CNM est un exemple de réussite d’un mode substitutif de règlement des conflits depuis plusieurs décennies. Au dernier palier, les deux caractéristiques distinctives et novatrices de la procédure de règlement des griefs du CNM sont l’ESPRIT et la COLLABORATION.

Les griefs sont examinés en fonction de l’esprit des diverses directives du CNM. Les audiences au dernier palier sont des enquêtes factuelles visant à déterminer si un employé a été traité conformément à l’esprit de la directive. Cette façon de faire diffère de l’arbitrage officiel en vertu de la Loi sur les relations de travail dans le secteur public fédéral, où l’on se concentre principalement sur le sens des mots précis d’une convention collective.

La collaboration est un autre aspect clé de la procédure de règlement des griefs du CNM. Au dernier palier, les membres du comité de la partie patronale et de la partie syndicale travaillent de concert afin de soupeser les faits et déterminer si la directive a été appliquée comme prévu. Les parties sont en mesure d’en arriver à un consensus dans la plupart des cas. Ce processus est très différent des audiences conventionnelles au dernier palier, où seule la partie patronale entend et tranche la question.

Nombre total de griefs 2019-2020

Nouveau en 2020-2021

Voyages

5

DSE

5

RDE

1

PILE

2

RÉINS

3

SST

2

Réglés en 2020-2021

Voyages

7

DSE

4

RDE

0

PILE

5

RÉINS

5

SST

0

Reportés de 2019-2020

Voyages

9

DSE

5

RDE

0

PILE

4

RÉINS

6

SST

0

Reportés en 2021-2022

Voyages

7

DSE

6

RDE

 1

PILE

 1

RÉINS

 4

SST

 2

 

Comité de la santé et la sécurité au travail

Président : Denis St-Jean

La Directive sur la santé et la sécurité au travail du CNM contient des améliorations apportées à la partie II du Code canadien du travail (le « Code »). Cette Directive vise également à compléter les programmes de santé et sécurité au travail (SST) en vigueur dans la fonction publique fédérale. Tout comme les dispositions législatives, elle doit être considérée comme la norme minimale que le programme de SST d’un employeur donné peut dépasser.

Activités

Même si la santé et la sécurité ont été plus que jamais au premier plan au cours de la dernière année, le Comité de la santé et de la sécurité au travail a continué de se réunir avec diligence plusieurs fois par mois pour achever ses activités de révision périodique de la Directive sur la santé et la sécurité au travail, de la Directive sur les uniformes et de l’Indemnité versée aux employés qui dispensent les premiers soins au grand public. Afin de soutenir la mise en œuvre de celles-ci, le Comité a également créé un document récapitulatif qui présente les modifications apportées à chacune des directives, ainsi qu’un document de questions et réponses pour faciliter l’administration et l’interprétation des directives.

Comité des Directives sur le service extérieur

Président : Denis Trottier

Les Directives sur le service extérieur sont conçues afin de fournir un régime d’indemnités, de prestations et de conditions d’emploi qui, en combinaison avec le salaire, permettront aux ministères et organismes de recruter, de maintenir en poste et de déployer des employés qualifiés pour appuyer les programmes gouvernementaux à l’étranger. Les 37 Directives sur le service extérieur en vigueur à l’heure actuelle couvrent de nombreuses situations attribuables à la prestation de services à l’étranger, comme les avances comptables (DSE 4), la réinstallation (DSE 15), le logement (DSE 25), l’indemnité de subsistance de poste (DSE 55) et l’évacuation d’urgence et les pertes (DSE 64).

Activités

Le Comité des Directives sur le service extérieur (DSE) s’est bien adapté à la transition vers les réunions virtuelles. Dès le début de la pandémie, le Comité a suivi de près la situation, ce qui comprenait de recevoir des mises à jour continues sur l’incidence de la pandémie de COVID-19 sur les DSE et en particulier sur les différents taux et différentes indemnités qu’elles prévoient. Les membres du Comité ont travaillé en étroite collaboration afin de trouver des solutions à des questions émergentes pour soutenir les employés travaillant à l’étranger. Les membres du Comité se sont rencontrés à cinq reprises au cours de l’année et ont également tenu plusieurs audiences de grief sur les diverses DSE au cours de cette période.

Comité des langues officielles

Présidente : Julie Desroches

Le Comité des langues officielles examine la Directive sur la prime au bilinguisme et entend les griefs au dernier palier à cet égard, à la demande du Comité exécutif. Le Comité révise également les politiques sur les langues officielles dans la fonction publique et discute de questions que ces politiques soulèvent. La Directive sur la prime au bilinguisme a pour objet d’énoncer les conditions selon lesquelles les employés peuvent devenir admissibles à la prime au bilinguisme.

Activités

Au cours de la dernière année, le Comité des langues officielles (LO) n’a reçu aucun grief lié à la Directive sur la prime au bilinguisme. Le Comité a toutefois continué de se positionner en tant qu’organe consultatif pertinent pour les questions liées aux LO au sein de la fonction publique. Ses membres se sont réunis à cinq reprises et ont reçu des présentations sur la modernisation de la Loi sur les langues officielles (LLO), l’incidence des situations d’urgence sur les langues officielles, les mises à jour sur la dotation non impérative et les évaluations de langue seconde, et les recommandations de l’Association canadienne des employés professionnels (ACEP) concernant l’examen de la LLO.

Comité des relations syndicales-patronales

Présidente : Cathie Fraser

Le Comité des relations patronales-syndicales revoit le fonctionnement du CNM, formule des recommandations sur la formation qui s'y rapporte, et planifie et organise des colloques patronaux-syndicaux.

Activités

En raison de l’incertitude continue créée par la pandémie de COVID-19, le colloque du CNM a été reporté. Le Comité a proposé de remplacer le colloque de 2021 par une série unique de trois webinaires qui auront lieu en juin, en septembre et en décembre 2021. À la suite de l’acceptation de la proposition par le Comité exécutif, le Comité travaille avec diligence à cerner les sujets de chacun des webinaires, ainsi qu’à déterminer les animateurs, les conférenciers principaux et les panélistes.

Comité des voyages en service commandé

Présidente : Jennifer Cruickshank (actuelle)
Janelle Wright (ancienne)

Les principes énoncés dans la Directive sur les voyages ont été élaborés conjointement par les représentants des agents négociateurs et les représentants de l’employeur du Conseil national mixte.

Ces principes constituent la pierre angulaire de la gestion des voyages en service commandé et servent à guider tous les employés et les gestionnaires dans la mise en place de pratiques de voyage justes, raisonnables et modernes dans toute la fonction publique. La Directive sur les voyages du CNM s’applique aux fonctionnaires et aux autres personnes voyageant en service commandé, y compris à des fins de formation.

Activités

Étant donné sa lourde charge de travail, le Comité a continué d’entendre des griefs et de présenter des recommandations au Comité exécutif tout en s’adaptant aux difficultés engendrées par la pandémie. Le Comité s’est également employé à clarifier les différences entre la façon dont la Directive sur les voyages peut s’appliquer dans les situations particulières du travail à distance et du télétravail. À cet égard, le Comité a élaboré un nouveau document Foire aux questions (FAQ) afin de compléter la FAQ existante de 2017.

Comité du réaménagement des effectifs

Présidente: Nancy Taillon

Le Comité de réaménagement des effectifs examine la Directive sur le RDE et recommande les modifications à y apporter. Il entend aussi les griefs sur le sujet qui peuvent lui être renvoyés par le Comité exécutif du CNM.

Activités

Le Comité a examiné les modifications proposées à l’appendice D de la Directive afin de corriger certaines incohérences dans le document. Avec l’approbation du Comité exécutif, les incohérences contenues dans l’appendice D ont été corrigées et elles ont été communiquées à la communauté. Le Comité a également continué de recevoir des mises à jour régulières de la Commission de la fonction publique concernant le nombre d’employés prioritaires qui se trouvent dans le Système de gestion de l’information des priorités. Le Comité a également approuvé son plan de travail évolutif qui reconnaît les possibilités de consultation sur des questions qui revêtent un intérêt mutuel et l’élaboration conjointe de documents permettant d’expliquer et d’appuyer les principaux aspects de la Directive sur le réaménagement des effectifs. Aucun grief relatif au réaménagement des effectifs n’a été tranché en 2020-2021.

Comité mixte sur l'équité en matière d'emploi

Co-présidents : Eddy Bourque & Debbie Johnston Winker
Erika Henley (ancienne)

Le Comité mixte sur l'équité en matière d'emploi (CMEME) offre un forum national qui comprend le Secrétariat du Conseil du Trésor (SCT), la Commission de la fonction publique (CFP), les agents négociateurs et les représentants ministériels. Le CMEME sert de véhicule au CNM pour l'analyse de l'équité en matière d'emploi et de la diversité et fournit au CNM des commentaires liés à l'équité en matière d'emploi et à la diversité, ainsi que des conseils et des recommandations portant sur les politiques et les pratiques émergentes dans la fonction publique fédérale.

Activités

Le Comité mixte sur l’équité en matière d’emploi (CMEME) a été consulté sur un certain nombre d’initiatives menées à l’échelle de la fonction publique, notamment : le produit d’apprentissage multimédia sur l’inclusion des personnes handicapées de l’École de la fonction publique du Canada; l’examen du Règlement sur l’emploi dans la fonction publique de la Commission de la fonction publique (CFP); la Directive sur la prévention et la résolution du harcèlement et de la violence dans le lieu de travail et son modèle connexe mis à jour du Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada (SCT); l’outil Protégeons la santé mentale au travail mis à jour; les questions du Sondage auprès des fonctionnaires fédéraux de 2020; le Formulaire d’affirmation d’affiliation autochtone de la CFP; et la modernisation du formulaire de déclaration volontaire de l’employé du Bureau de la dirigeante principale des ressources humaines du SCT. En outre, certains ministères ont présenté des mises à jour sur des initiatives à titre informatif, y compris sur l’initiative de renouvellement de l’ensemble des politiques du SCT et sur le Caucus des employés fédéraux noirs.

Comité pangouvernemental en matière de santé et de sécurité au travail

Co-présidents : Renée de Bellefeuille & Fabian Murphy

Le Comité pangouvernemental en matière de santé et de sécurité au travail a pour rôle de participer à la préparation et à l'examen de l'ensemble des politiques et des programmes de santé et de sécurité au travail qui sont élaborés par le Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada, et de toutes les questions qui s'y rapportent. En outre, il donne des conseils et imprime une direction aux comités d'orientation des ministères et des organismes.

Activités

Le Comité a continué de suivre de près la situation liée à la COVID-19 et a répondu à diverses questions connexes, comme l’équipement de protection individuelle (EPI), le signalement des situations comportant des risques, les attentes envers les comités de SST et la certification en premiers soins. Le Comité a également rédigé un communiqué afin de fournir une orientation concernant la COVID-19 aux ministères et aux organismes. En outre, le Comité a discuté de l’importance pour les ministères de se conformer à la partie XIX du Règlement canadien sur la santé et la sécurité au travail et de la nécessité de mettre l’accent sur la santé mentale à la lumière de la pandémie. Des présentations et des consultations ont été menées sur divers sujets, comme le projet de loi C-65, qui comprend des modifications importantes au Code canadien du travail, à la Loi sur les relations de travail au Parlement, ainsi qu’au nouveau Règlement sur la prévention du harcèlement et de la violence dans le lieu de travail.

Comité sur la réinstallation

Président : Eric St-Onge

Le Comité sur la réinstallation examine la Directive sur la réinstallation. Il entend aussi des griefs au dernier palier à cet égard, à la demande du Comité exécutif. La Directive sur la réinstallation du CNM vise à garantir le traitement équitable des fonctionnaires dont l’employeur autorise la réinstallation dans une nouvelle résidence principale à un nouveau lieu de travail régulier, conformément aux principes énoncés dans la Directive. Le but est de réinstaller le fonctionnaire de la façon la plus efficace possible, c’est-à-dire en veillant à ce que le coût soit le plus raisonnable possible pour l’État et à ce que le processus engendre le moins possible de conséquences négatives pour le fonctionnaire, sa famille et les activités du ministère. La confiance, la souplesse, le respect, la valorisation des personnes et la transparence sont certains des principes fondamentaux qui sont les pierres angulaires de la Directive sur la réinstallation du CNM.

Activités

Tout au long de l’exercice 2020-2021, le Comité sur la réinstallation a continué de gérer sa charge de travail, d’entendre des griefs et de présenter des recommandations au Comité exécutif. Pendant cette période, cinq griefs ont été tranchés et la nouvelle Directive révisée a également été promulguée. Le Comité a organisé des séances de formation mixte afin d’aider les conseillers en relations de travail et les coordonnateurs ministériels à se familiariser avec les changements contenus dans la nouvelle Directive, qui est entrée en vigueur le 1er janvier 2021.

Comité sur les postes isolés et les logements de l'État

Présidente : Tracey Sametz

La Directive sur les postes isolés et les logements de l’État a pour but de faciliter le recrutement et le maintien en poste du personnel qui assure l’exécution des programmes du gouvernement à des endroits isolés. Ses dispositions sont conçues de manière à compenser une partie des coûts qui sont plus élevés et à mettre en lumière les désavantages inhérents au fait de vivre et de travailler à un poste isolé. Elle décrit également le traitement réservé aux employés qui louent un logement de l’État.

Activités

En plus de l’examen approfondi et de la formulation de recommandations au Comité exécutif concernant les griefs, le Comité a continué d’approuver les mises à jour périodiques des diverses indemnités prévues par la Directive. Le Comité a également poursuivi ses travaux sur l’élaboration d’une méthode révisée de calcul de l’indemnité de frais de logement (IFL). L’appel de propositions officiel, qui signale le lancement de la révision périodique, a été émis juste avant le début de la pandémie. La période habituelle pour présenter des revendications a ensuite été prolongée afin de permettre aux parties de recueillir adéquatement de l’information auprès de toutes les parties intéressées, en tenant compte des complexités liées à ce travail pendant la pandémie.

Conseil de gestion du Régime d'assurance-invalidité

Président : Barry Fennessy

Le Conseil de gestion du Régime d'assurance invalidité est responsable de l'ensemble de la gestion administrative et financière du Régime d'assurance invalidité, y compris la révision du contrat d'assurance, la révision de toute entente financière ou entente de service, l'état financier du Régime, les services offerts par l'assureur, les frais d'administration.

Activités

Le Conseil a continué d’examiner et de fournir des recommandations à la Sun Life concernant les appels et a surveillé de près la situation financière du Régime. Parmi les 12 appels qui ont été examinés, 1 a été accueilli, 10 ont été rejetés et 1 a été reporté à l’exercice 2021-2022. Le Conseil a reçu une présentation de la Sun Life, qui a indiqué que l’augmentation du taux et l’injection de fonds sous forme de montant forfaitaire effectuées au cours du deuxième trimestre avaient rétabli l’excédent du Régime au niveau cible et rétabli sa santé financière. Il a également été indiqué que le projet de rajustement rétroactif des salaires se poursuivait au fur et à mesure que de nouvelles conventions collectives étaient ratifiées. Il a cependant été indiqué que la situation financière du Régime en 2021 serait imprévisible, car le volume des réclamations avait été atypique et beaucoup plus bas que la normale et que prévu. Un sondage auprès des participants au Régime a été mené et a donné lieu à un plan d’action comportant trois domaines d’intérêt principaux. De plus amples renseignements sur les activités du Conseil et sur l’expérience du Régime se trouvent dans le rapport annuel du Conseil de gestion du régime d’assurance-invalidité, qui est déposé séparément.

Conseil de gestion du Régime de soins dentaires (partie du CNM)

Président : Peter Cooney

Le Conseil de gestion du Régime de soins dentaires (Partie du CNM) est responsable de l'administration générale du Régime de soins dentaires, du règlement des plaintes des membres concernant l'admissibilité au Régime ou des différends avec l'administrateur, Canada Vie, concernant les demandes de remboursement, du contrôle du rendement de l'administrateur en ce qui a trait au règlement des demandes de remboursement et de la formulation de modifications au Régime.

Activités

Au cours de l’exercice 2020-2021, le Conseil de gestion du Régime de soins dentaires (Partie du CNM) a examiné de nombreux appels liés à l’ajout de personnes à charge, aux trop-payés et aux procédures dentaires comme les couronnes, les implants, l’orthodontie, les examens dentaires et les plombages. Parmi les 44 appels examinés, 14 ont été accueillis, 5 ont été accueillis en partie, 20 ont été rejetés et 5 ont été retirés ou reportés à l’exercice 2021-2022. Le Conseil a examiné peu d’appels liés à des prestations refusées pour des services en raison des retards causés par la pandémie. La plupart des appels qui ont été étudiés portaient sur les limites du Régime et des réclamations tardives. Le Conseil a également tenu des discussions avec l’administrateur du Régime dans plusieurs domaines et a repris les discussions sur les changements à apporter au Régime. De plus amples renseignements sur les activités du Conseil et sur la situation du Régime se trouvent dans le rapport annuel du Conseil en matière de soins dentaires, qui est déposé séparément.

Régime de soins de santé de la fonction publique - “coup d’oeil”

Comité des partenaires du Régime de soins de santé de la fonction publique

Le Comité des partenaires du Régime de soins de santé de la fonction publique (RSSFP) surveille, analyse et présente des recommandations conjointes concernant tous les aspects du RSSFP. Le Comité surveille et formule également des recommandations conjointes sur tous les enjeux pouvant toucher indirectement ou directement le RSSFP, tels que les changements dans l’industrie des soins de santé, les tendances des régimes d’avantages sociaux des soins de santé offerts par l’employeur, les modifications des politiques provinciales et territoriales en matière de soins de santé, ou des progrès dans la technologie médicale et pharmaceutique. Au cours de l’année, le Comité s’est réuni quatre fois en tout.

Le Comité a poursuivi ses travaux préparatoires aux discussions sur le renouvellement du RSSFP. Le Comité a également poursuivi sa consultation sur les modifications temporaires apportées au RSSFP à la lumière de la pandémie de COVID-19.

Comité technique du Régime de soins de santé de la fonction publique

Le Comité technique du Régime de soins de santé de la fonction publique appuie le Comité des partenaires du RSSFP dans l’accomplissement de son mandat. Ce faisant, il surveille, analyse et formule des recommandations conjointes sur certains aspects du RSSFP, conformément aux directives du Comité des partenaires du RSSFP.

Au cours de l’année, le Comité s’est réuni deux fois en tout. Le Comité a continué de se pencher sur les préoccupations découlant de la pandémie de COVID-19 ainsi que sur les sujets de préoccupation cernés par le Comité des partenaires du RSSFP.

Formation

Au cours de l’exercice 2020-2021, le Secrétariat du CNM a organisé quatre séances de formation au total, dont trois à l’intention des praticiens des relations de travail et une à l’intention des nouveaux membres du CNM, que l’on appelle la séance de formation conjointe. En raison de la pandémie de COVID-19, la formation a été donnée de façon virtuelle et aucun déplacement n’a donc été nécessaire.

Formation à l’intention des nouveaux membres du CNM : Séance de formation conjointe

Cette séance de formation a donné aux nouveaux membres un aperçu des principes, du mandat, de l’incidence et de la structure du CNM. La formation a également traité des principales activités du CNM, comme le processus de révision périodique, la procédure de règlement des griefs et les demandes d’interprétation. Enfin, on y a expliqué en détail les rôles et responsabilités des membres

Formation pour les praticiens des relations de travail : Démystifier la procédure de règlement des griefs du CNM

Dans le cadre de ces séances de formation, les participants ont eu une vue d’ensemble générale de la structure de gouvernance du CNM et de l’incidence des directives du CNM sur la fonction publique. Ces séances visaient aussi à clarifier la procédure de règlement des griefs du CNM en présentant une explication détaillée de l’ensemble des étapes de la procédure, pour aider la communauté des relations de travail à se préparer aux audiences de grief du CNM.

Résumés de griefs

La section suivante présente un aperçu des griefs tranchés par les divers comités de travail du CNM au cours de l’exercice 2020-2021.

Pour accéder à des sommaires de grief supplémentaires, veuillez visiter le site Web du CNM à l’adresse suivante : https://www.njc-cnm.gc.ca/s2/fr

Comité des directives sur le service extérieur

25.4.185: DSE 39 - Frais de soins de santé

Le fonctionnaire s’estimant lésé est un employé du Ministère Z et il a été initialement affecté à Ville A (Pays G) en septembre 2014. Le 29 octobre 2018, le fonctionnaire s’estimant lésé a demandé des précisions aux services d’aide du Régime de soins de santé de la fonction publique (RSSFP) en ce qui concerne la couverture de la fécondation in vitro (FIV) pour le fonctionnaire s’estimant lésé et son conjoint de même sexe. Il a été indiqué au fonctionnaire s’estimant lésé que, en vertu du RSSFP, les prestations de fécondation in vitro sont versées aux membres du RSSFP qui souffrent d’un blocage bilatéral des trompes. Le 13 mars 2019, le fonctionnaire s’estimant lésé a demandé au Ministère des précisions sur la question de savoir si l’une des Directives sur le service extérieur (DSE) couvrirait les dépenses de FIV qui sont prises en charge par le régime d’assurance-maladie de la province. Selon le fonctionnaire s’estimant lésé, le régime provincial couvre un cycle de traitement par patient, y compris le transfert de tous les embryons viables. Le fonctionnaire s’estimant lésé a également mentionné avoir entamé le processus de consultation en Province D et qu’il avait l’intention de continuer le processus en Province D. Le Ministère a indiqué qu’aucune disposition des DSE ne couvrirait le remboursement de ces dépenses pour la situation du fonctionnaire s’estimant lésé. À ce titre, le fonctionnaire s’estimant lésé a déposé un grief le 9 avril 2019.

L’employé conteste le refus de l’employeur de rembourser les dépenses liées à la fécondation in vitro et indique que ce refus constitue une violation du principe de comparabilité inhérent aux Directives sur le service extérieur. Plus précisément, le fonctionnaire s’estimant lésé s’est vu refuser de façon inappropriée le même niveau de soins de santé qu’une personne résidant en Province D.

Le représentant de l’agent négociateur a indiqué que la Province D prévoit une couverture de la FIV pour toute personne de moins de 43 ans qui réside en Province D et qui détient une carte d’assurance-maladie provinciale valide. Le représentant de l’agent négociateur a expliqué que le but de la DSE 39 est de fournir une aide financière aux employés qui ont assumé des frais de soins de santé à l’extérieur du Canada, en plus de ceux prévus par le RSSFP. Par conséquent, il a été soutenu qu’en ne fournissant pas ladite aide financière, le Ministère n’a pas traité le fonctionnaire s’estimant lésé conformément à l’esprit de la Directive. En outre, le principe de la comparabilité s’applique, étant donné que le fonctionnaire s’estimant lésé et son conjoint auraient pu bénéficier du traitement de FIV, malgré l’absence des trompes de Fallope, s’ils étaient demeurés au Canada. Par conséquent, le représentant de l’agent négociateur a recommandé que le grief soit accueilli.

Le représentant du Ministère a expliqué que la couverture de la FIV en vertu du RSSFP est offerte uniquement aux patientes qui souffrent d’un blocage bilatéral des trompes. Il a donc été soutenu que les frais en question doivent d’abord être admissibles à la couverture en vertu du RSSFP avant que l’article 39.1.1 des DSE puisse être appliqué. Par conséquent, étant donné que le fonctionnaire s’estimant lésé n’est pas admissible en vertu du RSSFP, l’article 39.1.1 des DSE ne s’applique pas. Le représentant du Ministère a également indiqué que depuis le 21 décembre 2015, la FIV n’est plus couverte par le régime provincial. La FIV, entre autres traitements, est maintenant financée à titre de service non assuré par le biais d’accords de paiement de transfert conclus avec des cliniques déterminées. Le représentant du Ministère a conclu en déclarant que le grief dépasse la portée de la DSE. La procédure d’appel du RSSFP est le mécanisme de recours approprié, puisqu’il n’existe aucun mécanisme de remboursement en vertu de la DSE. En outre, ce sont les critères du RSSFP qui ont rendu l’option de remboursement impossible.

Les membres du Comité exécutif ont examiné le rapport du Comité des Directives sur le service extérieur, qui a conclu que le fonctionnaire s’estimant lésé avait été traité conformément à l’esprit de la DSE. Il a été reconnu que l’agent négociateur avait soulevé des questions relatives à la Loi canadienne sur les droits de la personne; toutefois, ces questions ne relèvent pas du mandat du Comité exécutif et il existe un processus distinct pour les plaintes relatives aux droits de la personne au Canada. Par conséquent, le grief a été rejeté.

Comité des voyages en service commandé

21.4.1125: Indemnités de repas

Le fonctionnaire s’estimant lésé supervisait une chasse au phoque au Site A le dimanche 27 janvier 2019. Le déplacement pour cette activité professionnelle était prévu en vertu d’une autorisation générale de voyager. Le quart de travail du fonctionnaire s’estimant lésé était prévu de 7 h à 15 h; pour cette période, le fonctionnaire s’estimant lésé et un collègue ont été transportés par la voie des airs jusqu’au Site A. À 15 h, le fonctionnaire s’estimant lésé est officiellement resté au travail pour effectuer des heures supplémentaires et, vers 16 h, il est revenu sur le continent, où il a pris un repas à un service au volant avant de remettre le véhicule du ministère au détachement. Il a terminé sa journée de travail à 16 h 30. Le fonctionnaire s’estimant lésé a présenté une demande de remboursement d’une heure et demie de travail supplémentaire et d’indemnités de repas.

Bien que les heures supplémentaires et une indemnité de déjeuner aient été remboursées, la demande de remboursement pour le dîner a été refusée et, peu après, un grief a été déposé. Le fonctionnaire s’estimant lésé a contesté le refus de l’employeur de verser une indemnité de repas pour un dîner pris durant une longue période d’heures supplémentaires le 27 janvier 2019, alors qu’il était en déplacement, conformément à l’article 3.2.9 de la Directive sur les voyages.

Le représentant de l’agent négociateur a soutenu que la décision de refuser le remboursement du dîner avait été prise sans tenir compte des circonstances. Les conditions entourant la journée de travail en question étaient loin d’être habituelles; le lieu de travail était éloigné et isolé, il était impossible d’y acheter de la nourriture, et le fonctionnaire s’estimant lésé et un collègue y ont été transportés en hélicoptère. Le fonctionnaire s’estimant lésé et son collègue devaient être constamment aux aguets, tout en analysant leur environnement et en veillant l’un sur l’autre. Le site était extrêmement froid et le représentant a souligné que ce stress environnemental s’ajoutait à la tension générale que le fonctionnaire s’estimant lésé subissait. Bien qu’ils aient apporté de la nourriture, ils n’ont pas eu l’occasion de prendre une pause déjeuner. Par conséquent, lorsque le fonctionnaire s’estimant lésé est retourné sur le continent, fatigué et affamé, il s’est immédiatement arrêté afin de manger quelque chose.

Le représentant de l’agent négociateur a indiqué que l’employeur aurait dû tenir pleinement compte de ces facteurs avant de prendre la décision de refuser le remboursement du repas et, étant donné qu’il n’en a pas tenu compte, l’employeur n’a pas fait preuve de souplesse et n’a pas reconnu la nature difficile du travail effectué par le fonctionnaire s’estimant lésé le jour en question.

Le représentant de l’employeur a soutenu que, comme le fonctionnaire est un travailleur de quarts, la direction a déterminé que, en raison de son quart prévu et malgré les heures supplémentaires travaillées, sa séquence de repas n’a été interrompue par aucune obligation professionnelle au point de justifier une indemnité de dîner. Le fonctionnaire a quitté le bureau à 16 h 30 le 27 janvier pour rentrer chez lui et, s’il ne s’était pas arrêté pour dîner sur le chemin du retour au bureau afin de rendre le véhicule ministériel, il aurait pu quitter le bureau plus tôt. À ce titre, la perturbation de l’horaire du fonctionnaire découlant d’une période de travail supplémentaire d’une heure et demie le 27 janvier 2019 était minime et elle n’aurait pas dû modifier sa séquence de repas. Même s’il ne conteste pas les conditions du jour en question, le Ministère estime que la décision de refuser l’indemnité de repas a été prise de bonne foi et conformément à l’objet et à la portée de la Directive.

Le Comité exécutif a examiné le rapport du Comité des voyages en service commandé qui a conclu que, bien que la situation de travail du fonctionnaire s’estimant lésé fût stressante et unique, le fonctionnaire s’estimant lésé avait été traité conformément à l’esprit de la Directive sur les voyages. Il a été indiqué qu’étant donné que le quart de travail du fonctionnaire s’est terminé à 16 h 30, il était raisonnable de s’attendre à ce qu’il soit responsable de son dîner. Par conséquent, le grief a été rejeté.

Comité sur la réinstallation

41.4.133: Réinstallation à la demande de l'employé

Le fonctionnaire s’estimant lésé a été embauché à titre de stagiaire en juillet 2016. Le lieu de travail du fonctionnaire s’estimant lésé pour la durée du programme des stagiaires était la Ville F et on lui avait offert des avantages relatifs à la réinstallation conformément à l’Addendum – Programme de réinstallation pour les nouveaux employés de la fonction publique (PRNE), qu’il a acceptés. La lettre d’offre du fonctionnaire s’estimant lésé indiquait que Ville F serait son lieu de travail temporaire et qu’une fois le programme de formation terminé, son lieu de travail définitif serait Ville G. Le fonctionnaire s’estimant lésé a choisi de déménager de Ville H à Ville F pour la durée du programme de formation alors que sa famille restait à Ville H.

Le fonctionnaire s’estimant lésé a travaillé pendant 12 mois à Ville F afin de compléter le programme de formation. Une fois le programme de formation terminé avec succès, l’employeur a confirmé au fonctionnaire s’estimant lésé qu’il avait droit à toutes les prestations prévues par la Directive sur la réinstallation. Peu de temps après, des renseignements ont été demandés au sujet du déménagement du fonctionnaire s’estimant lésé à Ville G, notamment pour savoir si sa famille pouvait être réinstallée de Ville H. Le 14 septembre 2017, le fonctionnaire s’estimant lésé a été informé qu’il recevrait tous les avantages relatifs à la réinstallation de Ville F à Ville G au lieu de la réinstallation de Ville H à Ville G, puisque Ville F était considéré comme son lieu de travail. À la suite de cette décision, le fonctionnaire s’estimant lésé a déposé un grief le 19 septembre 2017. Le fonctionnaire s’estimant lésé a contesté le refus de l’employeur de lui accorder les droits prévus par la Directive sur la réinstallation du CNM.

Le représentant de l’agent négociateur a soutenu que le fonctionnaire s’estimant lésé n’a jamais été informé qu’en acceptant les prestations prévues par le PRNE pour se réinstaller à un poste temporaire à Ville F, il renonçait à son droit à tous les avantages liés à la réinstallation de sa résidence familiale à l’emplacement de son poste permanent. Le représentant a soutenu que l’employeur avait confirmé à maintes reprises que les nouvelles recrues recevaient d’abord l’indemnité du PRNE et qu’elles sont ensuite complètement réinstallées de leur résidence d’origine une fois leur affectation permanente commencée. La lettre d’offre du fonctionnaire s’estimant lésé mentionne une réinstallation en deux étapes, indiquant que son lieu de travail est « Ville G »; toutefois, la Directive ne prévoit aucune disposition pour une réinstallation en deux étapes. Il ne s’agissait pas du modèle normal des mutations, ce qui a donc donné lieu à une situation compliquée qui a tourné entièrement au détriment de l’employé. Le fonctionnaire s’estimant lésé a engagé des dépenses importantes qui auraient pu être évitées si sa lettre d’offre et les réponses subséquentes de l’employeur à ses questions avaient été claires et exactes.

Le représentant de l’employeur a soutenu qu’en ayant accepté l’offre d’emploi à Ville F et les avantages connexes liés à la réinstallation, l’employeur a considéré que le fonctionnaire s’estimant lésé avait déménagé. Par conséquent, le fonctionnaire s’estimant lésé est réputé avoir déménagé à Ville F même s’il a laissé la majeure partie de ses biens et sa famille à Ville H par choix personnel. Le représentant a soutenu que l’argument selon lequel le fonctionnaire s’estimant lésé aurait été informé au départ qu’il aurait droit à tous les avantages liés à la réinstallation de Ville H à Ville G, qu’il accepte ou non les avantages liés à une réinstallation à Ville F, ne peut être vérifié. Le représentant a soutenu que le paragraphe 1.2.6 de la Directive stipule que les dépenses découlant d’une erreur d’interprétation ou d’une autre forme d’erreur ne seront pas nécessairement remboursées. En l’espèce, on peut donc extrapoler que l’employeur ne devrait pas être tenu de rembourser les dépenses liées à des renseignements erronés qui auraient pu être communiqués au fonctionnaire s’estimant lésé.

Le Comité exécutif a examiné le rapport du Comité sur la réinstallation, qui a conclu que le fonctionnaire s’estimant lésé avait été traité conformément à l’esprit de la Directive sur la réinstallation. Il a été indiqué que le fonctionnaire s’estimant lésé avait reçu les indemnités initiales pour une réinstallation de Ville H à Ville F. Par conséquent, le grief a été rejeté.

Comité des postes isolés et des logements de l'État

27.4.131: Indemnité d'environnement

Les fonctionnaires s’estimant lésés ont reproché à l’employeur d’avoir enfreint leurs droits en vertu de la Directive sur les postes isolés et les logements de l’État du Conseil national mixte. Les fonctionnaires s’estimant lésés travaillaient à Ville A, Province M et ont reçu un avis du Ministère les informant d’une modification au niveau de classification de l’endroit en ce qui concerne l’Indemnité de combustible et de services publics (ICSP) le 31 juillet 2019, en raison d’un exercice annuel effectué par Statistique Canada visant à examiner les niveaux de classification des postes isolés. Le niveau de classification diminuerait à compter du 1er novembre 2019, conformément au paragraphe 2.14.1 de la Directive sur les postes isolés et les logements de l’État (DPILE). Le niveau de classification de Ville A, Province M, était de 25 et il a été réduit au niveau 1 suite à l’examen. Pour les employés ayant des personnes à charge, il s’agit d’une réduction de 6 125 $ à 125 $ par année au titre de l’ICSP. Il convient de noter que le Comité des postes isolés et des logements de l’État a examiné ces calculs de l’ICSP le 28 mai 2019 et les a approuvés hors réunion.

Le 22 août 2019, un grief collectif a été déposé en vue de contester la violation par l’employeur des droits prévus par la DPILE du Conseil national mixte. Au deuxième palier de la procédure de règlement des griefs, les fonctionnaires s’estimant lésés ont soulevé une question relative à l’élimination de l’Indemnité de vie chère (IVC) pour Ville A, Province M. Cependant, le point essentiel de ce grief a trait à l’ICSP, puisqu’il s’agissait de la soumission initiale du grief.

Le Comité exécutif a examiné les circonstances et les arguments relatifs au respect des délais associés à ce grief. Le Comité exécutif a convenu que l’objection relative au respect des délais devait être rejetée. Le Comité exécutif a également examiné le bien-fondé de l’affaire et a noté que l’Indemnité de combustible et de services publics avait été calculée au moyen de la méthodologie approuvée. Par conséquent, il a été déterminé que les fonctionnaires s’estimant lésés avaient été traités conformément à l’esprit de la Directive. Par conséquent, le grief a été rejeté.

 

2021-2022 Calendrier annuel de planification

Affaires nouvelles et courantes

Priorité

Objectif

Résultats attendus

Prochaines étapes

Calendrier

Nouveau

Révision périodique de la Directive sur le réaménagement des effectifs

Commencer la révision périodique de la Directive sur le RE au cours de l’exercice 2021-2022.

Que le processus de révision périodique de la Directive sur le RE aura été amorcé au cours de l’exercice 2021-2022.

· Le Secrétariat du CNM enverra la lettre d’appel aux propositions

Début du T4 – Le Secrétariat du CNM enverra la lettre d’appel aux propositions

Nouveau

Révision périodique de la Directive sur les voyages

Entreprendre la révision périodique de la Directive sur les voyages au cours de l’exercice 2021-2022.

Que les parties préliminaires du processus de révision périodique soient menées à terme et que l’élaboration conjointe commence au cours de l’exercice 2021-2022.

· Le Secrétariat du CNM enverra une lettre d’appel aux propositions

· Le Secrétariat du CNM examinera les résultats de la lettre d’appel aux propositions et déterminera tout nouveau point

· Le Secrétariat du CNM enverra une lettre d’appel à la participation

· Le Secrétariat du CNM recevra les résultats de la lettre d’appel à la participation ou l’abstention et en rendra compte au Comité exécutif

· Le Comité exécutif examinera les résultats de l’appel à la participation ou de l’abstention

· Le conseiller aux comités du CNM travaillera avec le Comité sur les VSC afin d’élaborer conjointement les propositions qui leur ont été attribuées par le Comité exécutif

T1 – Le Secrétariat du CNM enverra une lettre d’appel aux propositions

Début du T3 – Le Secrétariat du CNM examinera les résultats de la lettre d’appel aux propositions

T3 – Le Secrétariat du CNM enverra une lettre d’appel à la participation et examinera les résultats de l’appel à la participation ou de l’abstention

Fin du T3 – Le Comité exécutif examinera les résultats de la lettre d’appel à la participation ou l’abstention et reverra la révision périodique de la Directive sur les voyages au Comité des voyages en service commandé pour l’élaboration conjointe

T4 – Le Comité des voyages en service commandé entreprendra le processus d’élaboration conjointe

Nouveau

Réponse à la pandémie

Fournir un soutien continu au Conseil tout au long des divers stades de la pandémie de COVID-19.

Que le Secrétariat du CNM fournisse un soutien évolutif aux activités du Conseil au fur et à mesure que les besoins changeront au cours de la pandémie actuelle.

· Continuer d’évaluer les besoins du Conseil et s’adapter en conséquence

· Élaborer un plan pour le retour aux activités normales, selon les besoins

T1 à T4 – Évaluer continuellement les besoins du Conseil et s’y adapter en fonction de l’évolution du contexte

Continu

Révision périodique de la Directive sur la SST, de la Directive sur les uniformes et de l’Indemnité versée aux employés qui dispensent les premiers soins au grand public

Terminer la révision périodique de la Directive sur la SST, de la Directive sur les uniformes et de l’Indemnité versée aux employés qui dispensent les premiers soins au grand public au cours de l’exercice 2021-2022.

Que le Comité ait terminé toutes les négociations et tous les documents à l’appui aux fins de publication en vue de permettre la mise en œuvre, sous réserve de l’approbation finale, de la Directive sur la SST, de la Directive sur les uniformes et de l’Indemnité versée aux employés qui dispensent les premiers soins au grand public révisées au cours de l’exercice 2021-2022.

· Le Comité sur la SST achèvera les négociations et rédigera les documents à l’appui pour publication

· Le Comité exécutif examinera le rapport sur la révision périodique

· Traduction de la nouvelle Directive sur la SST, de la Directive sur les uniformes et de l’Indemnité versée aux employés qui dispensent les premiers soins au grand public et des documents à l’appui

T1 – Le Comité de SST achèvera le processus d’élaboration conjointe

T1 – Le Comité exécutif recevra le rapport final et les documents justificatifs

T2 – Traduction de la nouvelle Directive sur la SST, de la Directive sur les uniformes et de l’Indemnité versée aux employés qui dispensent les premiers soins au grand public et des documents à l’appui

T3 – Mise en œuvre des nouvelles directives/indemnités

Continu

Révision périodique de la Directive sur les postes isolés et des logements de l’État

Entreprendre la révision périodique de la Directive sur les PILE au cours de l’exercice 2021-2022.

Que le Comité aura fait progresser considérablement les négociations au cours de l’exercice 2021-2022.

· Le Secrétariat du CNM examinera les résultats de la lettre d’appel aux propositions et déterminera tout nouveau point

· Le Secrétariat du CNM enverra une lettre d’appel à la participation

· Le Secrétariat du CNM recevra les résultats de la lettre d’appel à la participation ou l’abstention et en rendra compte au Comité exécutif

· Le Comité exécutif examinera les résultats de l’appel à la participation ou de l’abstention

· Le Comité sur les PILE suivra une formation sur les procédures d’élaboration conjointe et de révision périodique

· Le conseiller aux comités du CNM travaillera avec le Comité sur les PILE afin d’élaborer conjointement les propositions qui leur ont été attribuées par le Comité exécutif

T2 – Le Secrétariat du CNM examinera les résultats de la lettre d’appel aux propositions

T2 – Le Secrétariat du CNM enverra une lettre d’appel à la participation et examinera les résultats de l’appel à la participation ou de l’abstention

T2 – Le Comité sur les PILE suivra une formation sur les procédures d’élaboration conjointe et de révision périodique

T3 – Le Comité exécutif examinera les résultats de l’appel à la participation ou de l’abstention et renverra la révision périodique de la Directive sur les PILE au Comité sur les PILE pour l’élaboration conjointe

Fin du T3 – Le Comité sur les PILE commencera le processus d’élaboration conjointe

Continu

Méthodologie pour le calcul de l’Indemnité de frais de logement (IFL)

Le Comité sur les PILE mettra au point l’élaboration d’une nouvelle méthodologie pour le calcul de l’IFL à appliquer aux endroits admissibles.

Qu’une nouvelle méthodologie pour le calcul de l’IFL soit officialisée avant 2022-2023.

Le Comité sur les PILE terminera les discussions, comme l’a demandé le Comité exécutif

T1 à T4 – Le Comité sur les PILE rédigera conjointement une nouvelle méthodologie afin de remplacer celle de l’IFL actuelle

Continu

Activités de réseautage et de sensibilisation du CNM

Continuer de promouvoir le CNM et ses activités au moyen de diverses activités de réseautage et d’apprentissage.

Que le Comité des relations syndicales-patronales (CRSP) continuera d’explorer et d’utiliser les occasions de promouvoir le CNM et de mettre au point des événements pour soutenir les objectifs du CNM.

· Coordonner et élaborer conjointement le réseautage et/ou les activité d’apprentissage avec les partenaires

· Élaborer du contenu pour la série de webinaires

· Si les circonstances le permettent, coordonner le Colloque de 2022

T1 à T4 – Élaborer des activités de réseautage et/ou d’apprentissage

T1 à T3 – Élaborer du contenu pour les séries de webinaires et promouvoir les événements

T3 à T4 Préparer le contenu pour le Colloque de 2022

Continu

Échange d’information/ Consultations/ Élaboration conjointe

Réunions du Conseil

Veiller à ce que les réunions du Conseil soient maximisées en planifiant 2 ou 3 consultations/séances de partage d’informations pertinentes par réunion.

Échanger l’information pertinente en temps opportun entre les réunions du Conseil.

Faciliter les séances de consultation et d’élaboration conjointe des membres et des intervenants en dehors des réunions trimestrielles du Conseil.

Les membres du Conseil considéreront que les réunions sont profitables tant en ce qui concerne le contenu que le réseautage.

Les présidents des comités continueront à jouer un rôle plus actif, au nom de leur comité, en matière de communication des succès, des défis et des questions cruciales.

Les membres du Conseil bénéficieront de renseignements opportuns sur les consultations, les directives et les initiatives.

· Le secrétaire général continuera de rencontrer les présidents de tous les comités de façon régulière

· Communication continue avec l’équipe de diffusion de la Commission de la fonction publique en ce qui concerne la consultation avec le Conseil

· Communication continue avec le Conseil des RT et le Conseil des RH pour déterminer si des consultations qui découlent de conversations lors de ces rencontres devraient être portées à l’attention du CNM

· Le secrétaire général continuera de chercher des occasions pour établir des liens et sensibiliser au sujet du CNM

T1 à T4 – Communication continue avec l’équipe de diffusion de la CFP et du Conseil des RT/RH

T1 à T4 – Le secrétaire général rencontrera tous les présidents de comité

T1 à T4 – Échange d’information

Continu

Échange d’information/ Consultations/ Élaboration conjointe

Comités de travail
Sous-comités

Faciliter les travaux des comités de travail du CNM lorsqu’ils seront priés d’échanger de l’information, de tenir des consultations ou de procéder à une élaboration conjointe.

Les sous-comités, lorsqu’ils seront établis, se réuniront pour traiter des questions attribuées par leurs comités de travail respectifs. Les sous‑comités feront état de leur progrès et de leurs constatations aux comités de travail. Cela pourrait comprendre l’élaboration d’outils de formation ou de référence, de plans d’action recommandés et d’autres domaines de consultation.

Sous-comités actifs au début de 2021-2022 :

· Sous-comité mixte sur la légalisation du cannabis

· Continuer de rencontrer les intervenants et les experts en la matière pour informer les travaux des sous‑comités

· Continuer de faire part des résultats aux comités de travail

· Formuler des recommandations éclairées à l’intention des comités de travail

T1 à T4 – Échange d’information continu, consultation et élaboration conjointe avec les intervenants

T1 à T4 – Rapports réguliers aux comités de travail

Continu

Communications/ sensibilisation

Allocutions

Conformément au plan stratégique du CNM, accroître la visibilité du Conseil national mixte comme étant un forum de partage d’informations, de consultation et d’élaboration conjointe au moyen d’allocutions et de salons professionnels.

Continuer de faire des présentations au Conseil des RT et aux autres organismes intéressés (agents négociateurs, établissements d’enseignement, salons professionnels, etc.) sur le rôle du CNM et sa valeur.

· Fournir une présentation aux conseils fédéraux de la région de l’Ontario et du Nord

· Rester en contact avec le Conseil des RT et les conseils régionaux et fédéraux

· Réitérer aux réunions du Conseil que les présentations sur le rôle et la structure du CNM peuvent être fournies aux intervenants intéressés

T1 – Fournir des présentations aux conseils fédéraux de la région de l’Ontario et du Nord

T1 à T4 – Évaluer les possibilités à mesure qu’elles se présentent

Continu

Communications/ sensibilisation

Présence en ligne et dans les médias sociaux

Continuer de promouvoir la sensibilisation au sujet du CNM et de ses activités en augmentant sa présence en ligne et dans les médias sociaux.

Tirer profit du site Web pour accroître l’échange d’information. S’assurer que le site Web est entretenu et soutenu tout au long de l’année.

Promouvoir la présence sur Twitter.

Lancer et promouvoir une application Web progressive.

Explorer la création et la publication de courtes vidéos d’information.

· Le secrétaire général donnera des mises à jour régulières sur la présence en ligne et dans les médias sociaux. Principaux documents à afficher au cours de l’exercice financier

· Promotion d’une application Web progressive

· Étudier la possibilité de créer des vidéos d’information

T1 à T2 – Promotion d’une application Web progressive

T1 à T4 – Le secrétaire général présentera des mises à jour régulières

T1 à T4 – Promouvoir les activités du CNM

T1 à T4 – Explorer la création et la publication de vidéos

Continu

Modernisation

 

Partage de fichiers électroniques

Faciliter la réception, le stockage et la distribution des griefs et des appels et de leurs renseignements connexes. Réduire aussi l’empreinte carbone globale du CNM.

Rationaliser le processus de distribution des documents et de collecte de signature pour accroître l’efficacité et réduire les pertes.

· Continuer d’offrir de la formation et du soutien aux membres du Comité et aux clients

· Élargir l’utilisation du système pour y inclure la distribution des griefs et des documents de réunion

T1 – Fournir une formation et un soutien continus aux membres et aux clients

T2 à T4 – Introduire d’autres utilisations, comme la diffusion des documents d’audience, des ordres du jour des réunions, des procès-verbaux, entre autres

Continu

Formation

Conseillers en relations de travail

Offrir une formation portant spécifiquement sur le CNM aux conseillers en relations de travail et aux cadres chargés de répondre aux griefs du CNM.

Donner une séance de formation virtuelle sur la préparation des conseillers en relations de travail pour les audiences au dernier palier du CNM.

Les formations seront offertes selon la demande. La formation en personne reprendra lorsque les circonstances le permettront.

Il est attendu que cette formation permettra de diminuer les objections, en plus d’améliorer la qualité des présentations données aux comités de travail et, par conséquent, de réduire le nombre d’impasses.

· Continuer d’évaluer la demande en formation

· Évaluer les ressources au Secrétariat du CNM pour offrir des formations sur demande (c.-à-d. le budget, les priorités, la disponibilité du personnel)

· Revoir le matériel de formation sur une base régulière d’après les commentaires obtenus par les sondages de rétroaction

· Évaluer la possibilité de reprendre la formation en personne

T1 – Évaluer les ressources du Secrétariat du CNM et les exigences du milieu; ajuster en fonction de la rétroaction

T2 – Planifier la séance virtuelle

Début du T3 – Tenir une séance virtuelle

T3 – Examiner la rétroaction et adapter le matériel de formation, au besoin

T1 à T4 – Évaluer les ressources et la demande de formation et en rendre compte au Comité exécutif et au Conseil

T1 à T4 – Évaluer si des séances en personne peuvent être tenues

Continu

Formation

Membres des comités de travail

Continuer la tenue d’une séance de formation une fois par année afin de permettre aux nouveaux membres des comités de comprendre la structure du CNM ainsi que leur rôle.

Une évaluation de mi-année aura lieu pour déterminer s’il y a suffisamment de roulement dans les comités pour offrir la formation plus souvent.

Il est prévu que les membres des comités seront plus en confiance quant à leur rôle et leur autorité, et qu’ils obtiendront des outils qui leur permettront davantage d’établir un consensus, tant dans le cadre des griefs que du processus de révision périodique.

· Évaluer le roulement des membres des comités en septembre.

· Offrir une séance de formation durant le T3 et/ou le T4, si nécessaire

T1 à T2 – Évaluer le roulement des membres de comités

T3 – Tenir des séances de formation conjointe virtuelles

T4 – Fournir d’autres formations sur demande

Continu

Formation

Membres des comités de travail – Révision périodique

Donner une séance de formation de 1,5 heure aux membres des comités qui feront partie de la révision périodique au cours de l’année financière 2021-2022 afin de mieux les préparer.

Les membres du Comité recevront de l’information sur les étapes procédurales du processus de révision périodique.

Il est prévu que les membres des comités seront plus en confiance quant à leur rôle et qu’ils comprendront mieux la négociation basée sur les intérêts et les étapes du processus de révision périodique.

· Prévoir les dates de formation pour le Comité sur les PILE

· Prévoir les dates de formation pour le Comité des voyages en service commandé

T2 – Fournir une formation au Comité sur les PILE

T4 – Fournir une formation au Comité des voyages en service commandé

Continu

Formation

Agents de liaison ministériels (ALM)

Donner une formation bilingue pour les agents de liaison ministériels pour leur permettre de comprendre la structure du CNM ainsi que leur rôle.

Une diminution du nombre de questions des ALM concernant le processus de griefs du CNM et le rôle du CNM.

· Modifier la formation en fonction de la rétroaction de la séance précédente

· Adapter la formation pour la prestation virtuelle

· Enquêter sur le niveau d’intérêt ou sur le besoin dans la collectivité

T1 à T3 – Mettre à jour la formation et s’adapter pour la prestation virtuelle

T3 – Offrir le module de formation aux ALM